CHAQUE PLAT EST UNE OEVRE D'ART

Qu'y a-t-il en Thaïlande comme entrées et comme plats? La différence entre les cultures gastronomiques d'Europe et d'Asie est perceptible dès le moment où on pose cette question.

 

Les Thaïlandais prennent rarement comme nous trois repas par jour. Ils mangent de petites portions réparties tout au long de la journée. Des influences des pays voisins comme la Chine, le Laos, le Myanmar et la Malaisie sont perceptibles dans la cuisine thaïlandaise classique. Les ingrédients préférés des Thaïlandais sont résolument le riz, le poisson et la sauce de poisson fermenté. La cuisine Thaïlandaise est non seulement délicieuse et toujours fraîchement préparée, elle est de surcroît très saine.

 

Une gastronomie extraordinaire

Manger en Thaïlande signifie bien plus que se nourrir. C’est un rituel quotidien réalisé dans le calme. Pour les repas pris en commun, on utilise des ingrédients que l'on a plantés soi-même ou achetés frais au marché. On ne fait pas de distinction entre les entrées et les plats. Tout est servi en même temps, et on mange ensemble autour d'une table. Inutile de chercher un couteau sur la table. Les mets sont découpés sous forme de bouchées, de sorte qu’une cuiller et une fourchette suffisent.

 

Directement depuis les rizières

La traduction littérale de l'expression thaïlandaise pour exprimer la faim est «je voudrais manger du riz». Qu’il s’agisse de poisson,de viande ou de légumes, l’accompagnement principal servi avec quasiment tous les repas est le riz blanc. En Thaïlande, le riz est non seulement servi avec les plats, mais aussi dans les desserts.

 

Les produits de la mer

Le poisson et les fruits de mer étant disponibles en abondance en Thaïlande, on retrouve ces deux produits dans de nombreux plats. Les Thaïlandais aiment le poisson frais, c’est pourquoi on trouve les meilleurs restaurants de poisson directement au bord de la mer.

 

La viande, un mets accessoire

Le poisson est certainement le produit d’origine animale le plus fréquemment consommé en Thaïlande. Pourtant, de nombreux plats thaïlandais traditionnels contiennent de la viande et de la volaille. La plupart des currys contiennent du porc ou du poulet. On peut enrichir le traditionnel Kaeng Phet, le curry rouge thaïlandais,

avec de la viande. Contrairement au curry indien, il ne contient pas un mélange d'épices, mais une pâte de curry faite maison pour l'assaisonnement. Une spécialité intéressante est le curry rouge au canard grillé qui était jadis réservé à la cour royale.

 

Les desserts

Loin de la mousse au chocolat ou de la sachertorte, la Thaïlande offre une manière bien plus saine et délicieuse de savourer les côtés «sucrés» de la vie. Mais attention, les desserts thaïlandais sont très sucrés. Le riz gluant à la mangue est l’une de ses grandes tentations sucrées. Ceux qui préfèrent des alternatives plus légères trouveront sur tous les buffets de desserts thaïlandais une variété bariolée de fruits frais locaux.

 

L'art de la cuisine

La liste des délices de la cuisine thaïlandaise est infinie. Des crevettes torréfiées avec des nouilles et de la coriandre, de la seiche en sauce aigre-douce ou du poulet au curry et noix de coco - la fantaisie n’a aucune limite dans la cuisine thaïlandaise. L’aspect le plus important à cet égard est certainement celui des ingrédients biologiques : du poisson en provenance directe de la mer, des légumes et des herbes fraîchement récoltés. Lorsque tous les ingrédients sont réunis, le plat n'est pas cuisiné, mais mijoté ou rôti. Ainsi, la nourriture ne perd pas ses vitamines ni ses substances nutritives. Mais il n’y a pas que les plats auxquels on accorde une grande importance. En Thaïlande, le regard est associé à la nourriture et il ne manque pas d’être ébloui par les superbes présentations. De magnifiques décorations sont sculptées à partir de divers fruits et légumes.

 

Nos recettes préférées:

 

Kai Phat Bai Kraprao (poulet rôti au basilic thaïlandais)

Ingrédients :

- 3 cuillers à soupe d'huile

- 500 grammes de poitrine de poulet, coupée en tranches ou en dés

- 2 cuillers à soupe d'ail haché

- 1 cuiller à soupe de sauce de poisson

- 190 grammes de basilic thaïlandais haché

- 1 cuiller à soupe de sucre de palme

- Phrik Khi Nu (piments piquants thaïlandais), broyés

- 1 cuiller à soupe d'eau

 

Préparation :

Faire revenir l'ail haché dans de l'huile jusqu’à l’obtention d’une couleur jaune d'or. Ajouter 100 grammes de basilic et les piments hachés et faire revenir trois minutes supplémentaires ou jusqu’à obtention d’une texture tendre tout en remuant. Puis ajouter le poulet et faire revenir trois minutes supplémentaires. Ajouter la sauce de poisson, l’eau et le sucre, et faire cuire jusqu'à ce que la sauce épaississe. Ajouter maintenant le reste du basilic, faire revenir cinq secondes tout en remuant. Servir avec du riz et du Nam Pla Phrik (sauce de poisson avec des piments rouges et verts coupés en petits morceaux).

 

Som Tam (salade à la papaye verte)

Ingrédients :

- 375 grammes de papaye épluchée

- 4 gousses d'ail

- 4 à 6 piments thaïlandais rouges ou verts, coupés en petits morceaux

- 4 tomates cerises

- 250 grammes de haricots verts, coupés en morceaux de 1 cm de longueur

- 2 petites cuillers de sauce de poisson

- 1 petite cuiller de sucre de palme

- 250 ml de jus de citron

- 1 cuiller à soupe de crevettes séchées

- 3 cuillers à soupe d'arachides torréfiées

 

Préparation :

Éplucher la papaye et la laver sous l'eau courante. Retirer les graines et râper grossièrement la pulpe. Réserver. Écraser au pilon et mélanger dans un mortier l'ail, les piments, les haricots verts et les tomates cerises. Bien mélanger avec une cuiller cette masse avec la papaye, la sauce de poisson, le sucre,le jus de citron, les crevettes séchées et les arachides. Servir froid et volontiers avec un riz gluant cuit à la vapeur.